Vous êtes ici : Accueil / Politique de la... / Politique de la... / Education

Education

La réussite éducative

 

La loi n°2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale définit les dispositifs de réussite éducative, leurs objectifs, les publics visés, les structures juridiques supports et les crédits prévus sur les cinq années du plan qui a été prorogé.

Pour la mise en œuvre du dispositif parisien, un groupement d'intérêt public pour la réussite éducative a été constitué en 2006 entre l'Etat, la Mairie de Paris et la Caisse d'allocations familiales de Paris.

Les grands principes de ce dispositif consistent à :

 

  •  Considérer les parents, premiers éducateurs de leurs enfants, comme partie intégrante du dispositif de réussite éducative,
  •  Placer l'enfant et sa famille au centre d'un dispositif de partenariat institutionnel,
  •  Permettre une approche globale et concertée de la situation d'un enfant présentant des signes de fragilité par l'ensemble des partenaires concourant à sa réussite éducative,
  •  Viser la réussite éducative de l'enfant et non pas seulement la réussite scolaire en prenant en compte les différents « temps de l'enfant » : temps scolaire, temps périscolaire et temps de la famille,
  •  Proposer à un enfant et sa famille un parcours individualisé d'actions (individuelles et/ou collectives) devant lui offrir réussite et épanouissement,
  •  Travailler dans le respect de l'enfant et de sa famille au travers d'une charte de déontologie.

 

Un parcours individualisé peut-être proposé pour des enfants de 2 à 16 ans présentant des signes de fragilités et scolarisés dans des établissements des 1er et second degrés relevant des zones d’éducation prioritaire et/ou habitant dans des quartiers inscrits dans la géographie de la politique de la ville.

 

Le parcours individualisé de réussite éducative peut proposer des actions individuelles et/ou collectives pour l’enfant et sa famille sur les thématiques suivantes :

 

Soutien à la fonction parentale, accompagnement à la scolarité renforcée et prévention du décrochage scolaire, santé et accès aux soins (dont accompagnement physique), renforcement de la pratique sportive, de loisirs et culturelles.

 

 

 

Présentation des actes de la deuxième journée de la réussite éducative à Paris

 

Le programme de réussite éducative vise à lever ou à réduire les obstacles sociaux, familiaux, sanitaires et culturels à la réussite des enfants de 2 à 16 ans. Considérant l’enfant dans sa globalité et dans son individualité, il s’efforce d’impliquer le plus possible les parents – dans  l’esprit de la co-éducation – et de coordonner l’ensemble des acteurs concourant à cet objectif. Il est un outil majeur de la lutte contre le décrochage scolaire, priorité du gouvernement.

A Paris, ce programme est piloté depuis 7 ans par le groupement d’utilité public (GIP) pour la réussite éducative, dispositif partenarial qui regroupe les services de la préfecture, ceux de l’académie, la Ville de Paris et la Caisse d’allocations familiales. Le GIP est présidé par Monsieur Bertrand Munch, préfet, secrétaire général de la préfecture de la région Île-de-France et de Paris. En 2013, ce sont plus de 850 Parisiens qui auront bénéficié de parcours individualisés de réussite éducative.

Le 22 novembre 2012, s’est tenue, dans les locaux de la préfecture, la deuxième journée de la réussite éducative. Y ont notamment assisté, outre Monsieur le préfet, Mesdames George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative, et Colombe Brossel, adjointe au maire de Paris chargée de la vie scolaire et de la réussite éducative, ainsi que Monsieur Claude Michellet, directeur de l’académie de Paris.

Les travaux se sont déroulés en différents ateliers (sur le soutien à la fonction parentale, le décrochage, l’accompagnement vers les soins, etc.) et ont été synthétisés lors d’une plénière. Il convient de souligner la qualité et la richesse des échanges, tous retranscrits dans le document en téléchargement ci-dessous :

 

Le contrat local d’accompagnement à la scolarité (CLAS)

 

Le CLAS est un dispositif mis en place en 1996, devenu en 2000 le dispositif unique visant à favoriser la réussite scolaire et à assurer l’égalité des chances de tous les élèves. Il s’inscrit désormais dans le cadre  de La « Charte nationale de l’accompagnement à la scolarité » signée le 7 juin 2001 et qui désigne par accompagnement à la scolarité l’ensemble des actions qui visent à offrir aux enfants et aux adolescents l’appui et les ressources dont ils ont besoin pour réussir à l’école, appui qu’ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social.

 

Le CLAS a pour objectifs :

 

  • d’aider les enfants et les jeunes à acquérir des méthodes, à utiliser des approches susceptibles de faciliter l’accès aux savoirs ;
  • d’élargir leurs centres d’intérêt et de valoriser leurs acquis ;
  • d’accompagner les parents dans le suivi de la scolarité de leurs enfants.

 

Les actions d’accompagnement à la scolarité sont centrées sur l’aide aux devoirs et les apports culturels nécessaires à la réussite scolaire.

 

Elles ne se limitent pas à l’aide aux devoirs et aux leçons mais :

 

  • encouragent le goût de la lecture et des activités culturelles et scientifiques, l’envie d’apprendre et le plaisir de découvrir
  • s’attachent à renforcer le sens de la scolarité, la confiance des enfants et des jeunes dans leurs capacités de réussite
  • soulignent l’importance de l’assiduité, de la régularité du travail personnel, de la méthodologie
  • veillent à faciliter les relations entre les parents et l’école en accordant une attention particulière aux besoins des familles migrantes.

 

Ces actions ont lieu en dehors du temps scolaire et sont menées en collaboration avec les équipes éducatives des établissements scolaires

 

Le CLAS s’adresse aux élèves de l’enseignement des premier et second degrés, sur l’ensemble du territoire et en priorité dans les zones urbaines sensibles et les réseaux de l’Education prioritaire (RAR, RRS).

 

La DDCS soutient les actions qui peuvent être portées par des associations dans ce cadre.

 

 

Les cordées de la réussite  et les internats d’excellence

 

Les dispositifs « Internats d’excellence  » et « Cordées de la réussite  » sont des mesures du volet “éducation” du plan Espoir Banlieues  mis en œuvre en 2008 par les ministères de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et par le secrétariat d’État chargé de la Politique de la ville, en partenariat avec les collectivités locales.

 

Ces deux dispositifs favorisent l’accès aux études supérieures pour des élèves collégiens, lycéens ou étudiants motivés, particulièrement ceux issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville et qui évoluent dans un environnement social ou familial peu propice à un bon parcours scolaire.

 

Internats d’excellence  :  un cadre structurant et un accompagnement éducatif renforcé, pour faciliter l’intégration des élèves et leur permettre d’exprimer leur potentiel. Depuis 2009, des places sont progressivement labellisées « excellence » dans des internats existants qui ont élaboré un projet pédagogique et éducatif spécifique pour prendre en charge des élèves pendant les cours et hors temps scolaire.

 

L'internat d'excellence propose un enseignement de qualité par des conditions de travail optimales, une pédagogie innovante et un accompagnement personnalisé renforcé. En plus des cours, les internes peuvent bénéficier :

 

  • d'un accompagnement pédagogique et éducatif effectué par des personnels qualifiés, souvent les professeurs ou des conseillers principaux d'éducation
  • de la révision de cours et la préparation aux devoirs
  • d'activités sportives et culturelles organisées en fonction du projet de l'établissement d'accueil
  • d'un accès aux nouvelles technologies

 

Cordées de la réussite  : également mises en place en 2008, les Cordées de la réussite constituent le cadre institutionnel dans lequel s’inscrivent et se développent les partenariats entre les établissements de l’enseignement supérieur et des établissements scolaires, afin de promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes face à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

 

L’expression « Cordées de la réussite » désigne un réseau de solidarité destiné à la réussite, établi entre un établissement d’enseignement supérieur « Tête de cordée » (une université, une grande école), un ou plusieurs lycées à classes préparatoires, et des lycées ou collèges « sources» notamment ceux situés dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

 

Ce partenariat entre différents établissements d’enseignement a donc pour objectifs :

 

  • d’aider les élèves à s’engager dans la voie d’études longues après le baccalauréat ;
  • de contribuer à lever les barrières, notamment psychologiques et culturelles, qui pourraient empêcher une poursuite d’étude dans l’enseignement supérieur ;
  • de créer un engouement pour un parcours d’enseignement supérieur, et une motivation pour la poursuite d’études, en particulier des élèves issus de milieu modeste ;
  • d'aller au-delà des représentations que se font les élèves, les familles, les enseignants, et lutter contre le déterminisme social.

 

Le projet peut prendre la forme :

 

  • d’un tutorat et/ou
  • d’un accompagnement scolaire ou culture entre tuteurs et tutorés,
  • parfois en internat ou hébergement,
  • d’aides diverses.

 

Il permet notamment d’accroître l’ambition scolaire de jeunes qui n’envisageaient pas a priori de poursuivre leurs études en raison de leur origine sociale ou territoriale.

 

Le financement est interministériel avec une part prépondérante du Ministère de la ville, des apports significatifs du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et depuis deux ans à Paris une participation du Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

 

Adresse :

DDCS 75 -Pôle politique de la ville et égalité des chances

Mission politique de la ville

5, rue Leblanc

75911 Paris Cedex 15